Test de Sekiro Shadows Die Twice – La voie de la résurrection -

Test de Sekiro Shadows Die Twice – La voie de la résurrection -

FromSoftware a su se faire une place depuis quelques années avec un genre qui imposa une nouvelle catégorie de jeu aux joueurs, le Git Gud ou le Souls-like. Depuis le succès de Demon's Souls et la réussite de la saga Dark Souls, l'éditeur a été beaucoup copié mais jamais égalé. C'était avec impatience que l'on attendait la sortie de Sekiro : Shadows Die Twice, nouveau petit plaisir masochiste mêlant infiltration et combats exigeants.

 sekiro poster

Informations :  
Editeur(s) / Développeur(s) : FromSoftware/Activision
Sortie France : 22 Mars 2019
Genre(s) : Action-RPG
Mode(s) : Jouable en solo

 

Exceptionnellement, ce test à été réalisé en collaboration de deux testeurs de l'équipe actugame. De ce fait, vous retrouverez deux avis distincts en fin d'article.

 

Dans la peau de Loup, fils adoptif de la Chouette, il sera de votre devoir de protéger la vie de l'enfant divin, votre maître. La chose ne sera pas aisée car l'enfant divin possède un pouvoir convoité par de nombreuses personnes, celui de l'immortalité. La famille Ashina est en guerre est va bientôt tombée. Genichiro Ashina ne voit qu'une possibilité de renverser cette fatalité, posséder le pouvoir de l'enfant. Face à lui, Loup ne pourra rien et perdra un bras.

Test Sekiro: Shadows Die Twice

 

La défaite est amer, Kuro, l'enfant divin, est capturé. Loup a toutefois la bénédiction du dragon, grâce à son maître, celui-ci peut revenir d'entre les morts indéfiniment et compte bien prendre sa revanche face à Genichiro. Recueilli par le sculpteur, Loup se verra affublé d'une prothèse shinobi qui remplacera son bras gauche. De nouveau sur pied, il est temps de traverser le domaine Ashina pour retrouver votre maître.

 

Test Sekiro: Shadows Die Twice
Test Sekiro: Shadows Die Twice
Test Sekiro: Shadows Die Twice

 

Quand on prend le jeu en main, on a immédiatement le sentiment de jouer à autre chose qu'un Dark Souls. Sekiro se démarque de ses aînés par son gameplay. Orienté en premier temps sur l'infiltration, il ne sera jamais conseillé de combattre en sous-nombre contre vos adversaires. La fuite sera la meilleure solution car vous n'aurez aucun recover sur les dégâts subis. Ainsi, vous pourriez perdre bêtement une vie en vous retrouvant bloquer contre un mur. Pour vous aider dans votre tâche, la prothèse shinobi fera son office de couteau suisse.

 

Sa fonction principale vous servira de grappin. Avec cet outil, vous pourrez appréhender verticalement les lieux que vous visiterez. Les décors fourmillant de petites caches et de plate-formes escarpées, il sera très plaisant de n'avoir quasiment aucune limite pour visiter en hauteur le château ou les montagnes. Cet instrument vous sauvera la vie de nombreuses fois afin d'échapper à la plupart de vos poursuivants. Reprendre une position élevée vous permettra aussi d'exécuter vos assassinats en toute sérénité.

Les différents outils que vous dénicherez au fil de l'aventure vous permettront de varier votre style de jeu car mis à part ça, vous n'aurez pas d'armes ou d'armures à looter. On pourrait trouver cela dommage de ne pas avoir la même diversité que dans un Souls, cette possibilité de réellement jouer une classe en accord avec notre façon de jouer. C'est ce que l'on peut le plus regretter car Sekiro ne s'adapte pas au joueur, étant donné qu'on ne joue plus un avatar mais un personnage avec une histoire, ce sera à nous d'apprendre du jeu et trouver le meilleur moyen d'avancer. Les prothèses sont comme un joli plus, mais ne seront pas indispensables et encore moins contre les boss. A l'exception des pétards.

 

 Test Sekiro: Shadows Die Twice

 

Mais que serait Sekiro sans sa plus grosse nouveauté, la résurrection. Quand Activision a commandé le jeu à FromSoftware, ils ont demandé à ce que le jeu soit un peu plus facile et voici la réponse de Miyazaki, le créateur des Souls. Quand Loup mourra, vous aurez le choix, une fois par combat, de revenir à la vie ou non. Cela permettra de ne plus être frustré quand on arrive au bout de la barre de vie du boss ou pour ne pas perdre sa précieuse expérience. Vous aurez, au cours du jeu, la possibilité d'avoir plus de résurrection mais vous serez toujours restreint à une chance par combat.

 

Au final, les combats se classeront en deux catégories, soit un coup mortel qui achèvera immédiatement la victime, ou lui supprimera une vie, soit un combat de posture, visant à remplir une jauge pour déséquilibrer la victime et l'achever en un coup. Cette posture est d'ailleurs une nouveauté pour les habitués des jeux de Miyazaki. Remplaçant la jauge d'endurance, elle matérialise l'équilibre des combattants. Elle se remplira quand nous recevrons des coups mais également quand nous frapperont en garde. Elle est le cœur même des duels et bien souvent vous ne viendrez pas à bout de la barre de vie de l'adversaire mais de celle de la posture.

Cela soulève donc un autre point qui peut poser problème pour certaines personnes, c'est le sens du timing. Sekiro est comme un jeu de rythme. Il vous faudra apprendre les patterns de vos adversaires et leur timing afin de parer au mieux et faire monter la jauge de posture. Sans cet notion, les combats deviendront beaucoup plus long et donc plus compliqués pour le joueur. C'est pour cela que ne pas avoir la possibilité de choisir sa voie peut poser problème. Vous remarquerez que je n'ai pas cité cette manière de combattre comme un point négatif car il n'en sera un que pour une catégorie de joueurs. Les autres trouveront leur bonheur. La parade n'étant pas aussi exigeante que dans les Souls, il sera assez facile à prendre en main et ne demandera pas un acharnement pour y arriver. 

 

On en revient alors au terme Git Gud, "sois meilleur". On peut encore une fois souligner la maîtrise de la difficulté de Miyazaki qui n'est punitive que par notre manque d'adaptation. Quand les mécaniques sont acquises, il suffira juste de quelques essais pour venir à bout des boss. Loin de proposer des duels répétitifs avec seulement quelques patterns spécifiques, Sekiro proposera aussi quelques boss puzzle qui nous obligera à étudier l'environnement et à user de notre art ninja. D'autres pourront se montrer compliqués si l'on ne s'ouvre pas à des solutions inhabituelles au combat de boss. Sur ce point Miyazaki a toujours su jouer avec les mécaniques qu'ont les joueurs (on se rappellera de Yhorm le géant dans Dark Souls 3).

 

Test Sekiro: Shadows Die Twice
Test Sekiro: Shadows Die Twice
Test Sekiro: Shadows Die Twice

 

Le jeu se montrera quelques peu avare en boss, comptez 8 boss obligatoire mais à côté de cela, Sekiro fourmille de mini boss parsemés dans votre progression qui donneront lieu à des duels intéressant et vous offrant en récompense une perle de chapelet. Avec 4 d'entre elles, vous pourrez augmenter votre maximum de vie et de posture. Il sera important de les récolter pour vous faciliter la tâche. On déplorera toutefois quelques échos aux mini boss, étoffant peu un bestiaire très banal.

 

 

Graphiquement, le jeu se montre très beau. Bourré de détails. Restant dans une esthétique très classique et réaliste, l'histoire se situe au Japon à l'époque de la révolution industrielle. Les décors seront parsemés de nombreux effets de particules comme une pluie de flocons de neige ou de fleurs de cerisiers. Les décors sont vivants et on ressent vraiment l'état d'urgence d'un royaume en proie à la guerre. On aura malheureusement des chutes de framerate par moment, la PS4 ne gérant pas autant de fioritures à l'écran. Quand trop d'ennemis sont affichés à l'écran, on se retrouve à devoir gérer un combats avec une petite dizaine de FPS.

Test Sekiro: Shadows Die Twice

 

Miyazaki revient à ses premiers amours en terme de level design. La carte est dessinée comme un grand tout, où différents lieux sont imbriqués les uns aux autres, offrant une cohérence à l'univers et permettant des temps de chargement en tâche de fond. Arrivé au château d'Ashina, il vous sera possible d'avancer vers différents objectifs sans pour autant avoir besoin de quitter la zone. On aura alors cette impression d'explorer tout le domaine comme un monde ouvert. La grande force de l'univers de Sekiro vient de cette possibilité d'explorer ce monde et découvrir toutes ces petites choses qu'ont cachés les développeurs. Même en ayant pris mon temps, je doute avoir trouvé tous les objets cachés disséminés dans le décor. L'ouverture du monde grâce au grappin est une réussite. Même si on est souvent bloqué par un vide ou des montagnes infranchissables, un sentiment de liberté s'installe en nous.

 

Test Sekiro: Shadows Die Twice
Test Sekiro: Shadows Die Twice
Test Sekiro: Shadows Die Twice

 

Avis de Delorfiwiel:

A mi-chemin entre Tenchu et Furi, Sekiro : Shadows Die Twice renouvelle la formule mise en place par FromSoftware en offrant une nouvelle façon d'appréhender les combats et le level design. Même si de nombreux éléments sont survolés, entre l'amélioration des outils de shinobi qui restent anecdotiques et l'absence d'équipements pour personnaliser notre méthode de combat, il est plaisant de voir qu'avec un gameplay simple il est possible d'offrir du challenge et de la diversité.

J'ai été quelque peu désorienté en prenant en main pour la première fois le jeu. Je m'attendais à un nouveau Dark Souls, avec son lot de désespoir, mais il n'en est rien. On retrouve quelques éléments qui sont la marque de fabrique de Miyazaki mais au delà de ça, Sekiro m'a rappelé les bons souvenirs que m'a offert Tenchu. Passé la surprise, le titre propose une découverte fluide des lieux que l'on visite, sans trop de difficulté si on la joue discret. La difficulté se trouvera dans les mini-boss et les boss. Comme une sorte de pierre, papier, ciseaux, il faudra faire les bons choix de parade rapidement pour monter la barre de posture de l'adversaire. Le jeu nous offre alors un ballet dont il faut être le meneur, prendre des risques et contrôler ses pulsions. L'erreur est sévèrement punie et il vous faudra très souvent recommencer un combat pour détenir toutes les clés de la réussite.

Mettant de côté la narration cryptique, Sekiro se montrera plutôt court si l'on passe outre le temps passé sur chaque boss. La carte est petite et propose peu de lieux à visiter. On arrive rapidement au bout si l'on ne cherche pas à creuser le lore du jeu. L'expérience de jeu est toutefois très bonne. Le feeling que l'on a à contrôler notre héros est plaisant et même si on se fout royalement du personnage monobloc de Loup, l'intensité des combats contre balance le reste. Ce n'est sans doute pas le meilleur jeu pour se lancer dans un Souls-Like mais il saura rester à la portée des néophytes et comblera les vétérans.

 

 Test Sekiro: Shadows Die Twice

 

Avis d'Edward Jericho:

Sekiro : Shadows die twice est mon premier gros jeu "Die & Retry". Je connaissais déjà les fameux Dark Souls et autres Bloodborne qui ont fait la renommée de FromSoftware. C'est donc avec une grande appréhension que j'ai démarré l'aventure Sekiro. Rien que la cinématique de début m'a émerveillé de part son décor et son ambiance. Une fois qu'elle est terminée, on rentre enfin dans le vif du sujet en incarnant un shinobi en quête de "vengeance". En ayant terminé le prologue, je me suis dit que le jeu ne serait pas bien difficile mais là, je me suis bien trompé. La difficulté se fait ressentir dans chaque combat et la saisie du pattern est primordiale pour avancer dans l'aventure. Les joueurs ,qui comme moi, s'adonnent à l'exploration seront récompensés par de nombreux items ou de l'XP leur permettant d'acquérir de nouvelles compétences plus puissantes.

En bref, Sekiro est un excellent jeu où l'on peut se défouler mais il faut néanmoins rester sérieux et ne pas prendre le jeu trop à la légère si l'on ne veut pas mourir sans cesse. Le côté exploration du jeu m'a vraiment plu car les joueurs un peu curieux seront récompensés. Les décors sont riches et variés, on peut tout voir et la grandeur des lieux se dévoile au fur et à mesure du scénario. Les quêtes annexes de certains PNJ ne sont en aucun cas des quêtes Fedex ce qui ne ralentit pas le rythme du jeu.

 

On aime
  • La difficulté bien dosée
  • Des décors vivants et bien travaillés
  • Des combats de boss variés
  • Grande liberté dans l'exploration des décors
  • Un vaste arsenal disponible pour la prothèse

On aime pas

  • Sous exploitation des outils shinobi
  • Un héros qui manque de charisme
  • Baisse de FPS pendant certains combats

 

 

Note finale : 18/20

 

 

Home Sweet Home – l'horreur est pour bientôt
World War Z dévoile un nouveau trailer et une date...

Related Posts

 

Comments

No comments made yet. Be the first to submit a comment
Already Registered? Login Here
Guest
lundi 23 septembre 2019
If you'd like to register, please fill in the username, password and name fields.

La Redif

Heure par heure

Tipeee

Sur les blogs

07 juillet 2019
Uncategorized
 Je vous propose une série d'articles qui paraîtront au fur et à mesure et qui, je l'espère vous donneront une meilleure idée du travail que représente cette activité rêvée par beaucoup de gamers. Devenir testeur de jeux vidéo. Si il existe...
06 juillet 2019
PS4
 Vous n'êtes pas sans savoir que Death Stranding sort sur PlayStation 4 le 8 novembre 2019. Et de ce fait, je voulais revenir sur ce principe de connexion dont parle souvent Hideo Kojima concernant son jeu. Avant tout, connexion obligatoir...
04 juillet 2019
Rétro gaming
Pour la première fois depuis les sorties par les constructeurs d'anciennes consoles, des passionnés se sont réunis pour créer une petite merveille contenant des milliers de jeux. Depuis quelque temps déjà les sites internet comme :...
26 juin 2019
Actualité Gaming
​Salut à toi qui lit ça, j'ai une grande nouvelle à t'annoncer !Les blogs font leur apparition sur actugame.netTu sais ce que ça veut dire ? Ça signifie que tu aura ici la possibilité de prendre complètement la parole, et de partager avec tout l...
18 juin 2019
Vidéos

Avec une magnifique mise en bouche avec un petit concert philarmonique sur les musiques d'Assassin's Creed, Ubisoft lance une conférence bourrée de nouveautés.

Please publish modules in offcanvas position.

Ce site utilise des cookies pour assurer l'authentification des internautes, mais également pour réaliser des statistiques de visites et proposer (peut être si un jour l'envie m'en prend) des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts