dimanche, 19 novembre 2017 17:23

Test de Star Wars Battlefront II

Écrit par
Évaluer cet élément
(5 Votes)

En 2015 sortait Star Wars Battlefront, reboot des jeux du même nom ayant fait un carton plus ou moins mitigé à leur époque, si bien qu'un troisième épisode, même si attendu par de nombreux fans, à finalement été annulé. Mais il faut reconnaître, que ce reboot de 2015 à su séduire bon nombre de joueurs, tant et si bien, que Star wars Battlefront II pointe maintenant le bout de son nez. Bonne suite espérée ou simple pétard mouillé surfant sur le nom d'une franchise ? Réponse ici même.

 3245610 swbfii key art

Informations :  
Editeur(s) / Développeur(s) : Electronic Arts | Dice
Sortie France : 17 novembre 2017
Genre(s) : FPS / TPS
Mode(s) : Jouable en solo | Jouable en multi

 

Si Star Wars Battlefront de 2015 ne proposait qu'un mode multijoueur, ce nouvel opus nous offre ici un mode campagne. Soyons clair, il ne faut pas s'attendre à une campagne de dingue coté durée de vie. En effet, il vous faudra compter en moyenne 5 à 6 heures de jeu pour boucler l'aventure. Ceci étant dit, ce mode de jeu permet de placer les bases du multi. Je ne spoilerai pas le scénario, et j'ai d'ailleurs fait attention aux screens que je partage dans cet article pour être bien sûr de ne rien vous dévoiler, car, si l'intrigue se déroule de façon plus ou moins évidente passé un certain cap, quelques retournements de situations qui jouent leur rôle de surprises.

test star wars battlefront II 1

 

Et la première surprise se fait par le fait, que ce coup ci, nous suivrons la progression de la rebelion de par les yeux de l'empire. C'est donc dans la peau d'Iden Versio, commandante de l'escouade Inferno, à la solde de l'empire, que vous évoluerez. Et avouons le, bosser pour l'empire à quelque chose de jouissif. De plus, cette aventure prend chronologiquement place au moment où l'étoile noire explose pour la seconde fois. Et s'il est vrai que ce mode solo à quelques chose de relativement simpliste dans sa conception, nous laissant enchaîner des couloirs et quelque zones un poil plus ouvertes, avec des objectifs souvent plats, le scénario pour sa part, explique quelques points clés de l'univers Star Wars, afin de mieux faire la liaison entre les épisodes 6 et 7.

 

Outre ce mode histoire, Star Wars Battlefront II propose bien évidement du multijoueur. Si le mode escarmouche qui regroupe deux équipes de 10 joueurs dans du deathmatch pure et simple, vous aurez aussi la possibilité de pouvoir vous la donner sur le mode affrontement héroïque. Ici, vous incarnerez soit un héro, soit un super méchant issue de la saga Star Wars. Que ce soit Luke Skywalker, Rey, ou encore Han Solo pour le coté clair de la force, le coté obscur n'est pas en reste avec Kylo Ren, Dark maul ou encore le grand Dark Vador. Prévu pour 8 joueurs, ce mode, aussi rigolo qu'il puisse être, deviendra très vite un joyeux bordel dans lequel régnera une grosse inégalité entre les personnages. Han Solo ne fait clairement pas le poids face à Dark Vador par exemple. Viendra ensuite le mode frappe, dans lequel deux équipes de huit joueurs s'affrontent dans des scénarios à objectifs.

 

 

test star wars battlefront II 2
test star wars battlefront II 3
test star wars battlefront II 4

 

Si ces modes de jeu online ont déjà de quoi amuser gentiment, on retiendra surtout les deux gros modes principaux, assaut galactique et combats spatiaux. Dans le premier, ce ne sont pas moins de 40 joueurs répartis en deux équipes qui doivent s'affronter sur des maps au level design bien pensé, mais peut être un peu trop couloir aussi pour certains. Le but est similaire à la tendance du moment, à savoir, jouer les objectifs. Une équipe attaque, pendant que l'autre défend. Ça peut être soit pour pirater des données ou détruire un vaisseau spécifique par exemple. Le tout légèrement scénarisé afin de nous expliquer les enjeux de notre victoire... ou de notre défaite. Pour le mode combats spatiaux, le but est quasiment similaire, à la différence, vous l'aurez compris, que tout ceci ce passe par le biais d'un space shooter. D'ailleurs, il est bon de noter que le contrôle des vaisseaux au clavier/souris à été ré équilibré depuis la bêta, ce qui permet de pouvoir piloter un peu plus facilement. Dans l'ensemble, SWBF II ne révolutionne pas le FPS/TPS, mais propose quand même quelque chose de propre. Seulement voilà, on rencontre quand même quelques bugs ici et là, qu'il faudra corriger rapidement afin de pouvoir augmenter le plaisir.

 

Et avant d'attaquer les choses qui fâchent, je vais faire une parenthèse sur les graphismes. Il est clair que ce Star Wars Battlefront II en met plein la vue. Si bien qu'il est légitime de dire qu'on a là un des plus beaux FPS/TPS qui puisse exister à ce jour. Le plus beau ? Aller, je suis sûr qu'en cherchant bien on trouvera à redire. Mais on se contentera de l'ambiance générale qui se dégage de ce jeu.

 

test star wars battlefront II 12

 

Que l'on soi dans les airs à bord d'un X-Wing ou d'un chasseur TIE, ou encore à pieds à la première ou troisième personne (vue qu'on peu switcher à notre guise, sauf quand on contrôle l'un des héros disponibles), SWBF II nous plonge dans un univers bien maîtrisé de part ses textures fines, ses effets pyrotechniques en tout genre, ou encore des particules à tout va pour des objets faisant partis du décor, ou même pour les nombreuses explosions qui se feront devant vous. Bref, vous l'avez compris, ici, il y a maîtrise. On chipotera sur quelques animations faciales ou la synchronisation labiale pas toujours bien calée, mais on ne peut que s'incliner sur le level design ainsi que sur le charac design qui ont tout deux fait preuve de grand soin lors du développement. Mais tout n'est pas tout rose dans la galaxie très lointaine de EA, et c'est ce que nous allons voir dans le chapitre suivant.

 

 test star wars battlefront II 15

 

Je pourrais m'arrêter là et coller une super bonne note à SWBF II. Seulement voilà... si Dice nous à montré le coté clair de la force avec un titre choyé sur bien des niveaux, EA quand à lui, nous dévoile le coté obscur. Notez qu'à l'heure où je rédige ces lignes, EA s'est fait taper sur les doigts par Disney, l'obligeant à revoir totalement le système de progression du multijoueur, sous peine de se faire retirer les droits de la licence purement et définitivement. Pour bien comprendre là où le bas blesse, je suis obligé de détailler le système de progression qui nous pousse à devoir investir encore plus d'argent, alors que le titre est déjà vendu au prix fort. Dans les faits, il est possible de pouvoir tout débloquer juste par nos prouesses de guerrier galactique. Du moins en théorie, car dans la pratique c'est bien plus onéreux que ça.

 

test star wars battlefront II 21
test star wars battlefront II 22
test star wars battlefront II 6

Si dans le premier épisode, on pouvait incarner des héros en allant chercher des jetons disséminés sur la map, et dont les plus intéressants étaient placés dans des endroits à risque, ici, il vous faudra accumuler des points de bataille pour pouvoir enfin utiliser votre héros. Mais attention, ceci ne sera possible que si le nombre de héros disponible dans une partie ne soi pas atteint. De ce fait, face à de bons gros joueurs, vous aurez bien souvent du mal à pouvoir incarner Luke ou Vador. D'ailleurs, ces héros devront avant toute chose être débloqués moyennant un certain nombre de crédits. Crédits que vous gagnerez en fonction de vos prouesses également à la fin de chaque partie. Si au début les deux héros sus cités coûtaient 80 000 crédits, leur prix à été revue à la baisse et ne coûtent maintenant plus que 15 000 crédits. Alors oui, certes, 15 000 crédits finalement c'est pas grand chose. Sauf que voilà, ces mêmes crédits vous serviront aussi à acheter les lootbox. Coûtant la modique somme de 2400 à 4000 crédits chacune. Il va vous falloir économiser longtemps avant de pouvoir looter comme il faut. D'un coté, on doit acheter des héros, de l'autre des lootbox, le tout avec les mêmes crédits. Autant dire que la progression se fera difficile.

Surtout que les lootbox proposent des gains totalement aléatoires, donc on ne sait jamais à l'avance ce que nous allons récolter, les doublons étant automatiquement convertis en quelques crédits de plus. Mais attendez, ce n'est pas fini. Dans ces box, on trouve également les fameuses star cards. Ces items deviennent indispensables car il peuvent octroyer des effets passifs ou actifs qui peuvent clairement changer la donne pendant une bataille. Le problème vient de la façon dont on doit les faire progresser. Car non content de proposer un niveau de classe, vous devrez aussi avoir un niveau de star cards. Ces dernières peuvent être augmentées passant de la carte commune à un niveau de rareté plus important (grise, verte, bleu et violette). Pour ce faire, il vous faudra avoir le rang de classe demandé, avoir le rang de carte demandé (qui lui, augmente uniquement en fonction du nombre de cartes que vous débloquerez/achèterez...), et avoir suffisamment de points de fabrication, que vous gagnerez... dans les lootbox... ou quelques uns en réussissant des défis, mais c'est assez rare. Bien sûr réussir à upgrader une star cards donne un avantage certain. Par exemple, la carte tireur d'élite qui permet de réduire la chaleur de votre arme se voit passer de 20% en grise à 40% en violette.

 

 

Mais voilà, réussir à upgrader une carte jusqu'au stade final demandera un investissement temps de grande durée. Si bien que face a des joueurs qui auront eu la chance de chopper de bonnes cartes dans les lootbox, un écart se creusera rendant les affrontements réellement inégaux. Du coup, les joueurs voudrons partir à la chasse à la box en espérant choper des cartes avantageuses, quitte à aller dépenser encore plus d'argent par les micros transactions. Il en va de même pour les armes. Débloquer les meilleures de chaque classe vous demandera de réaliser 500 éliminations avec la dite classe.

test star wars battlefront II 17

 

Sachant que seules les éliminations sans assistances seront prises en compte. Mais bon, si vous êtes chanceux... tentez la lootbox, vous aurez peut être cette satanée arme que vous convoitez tant. Le système de progression aussi montre ses faiblesses, et on pestera sur les modes à objectifs, dans lesquels, jouer l'objectif sera moins récompensé que d'aller bêtement fraguer les opposants. Du coup, peut importe le mode choisi, ce ne sera finalement que du simple team deathmatch qui en résultera. Surtout qu'en l'état, réussir un objectif tient plus du miracle que de la stratégie. Sans oublier le fait qu'il est possible de pouvoir gagner plus de points en jouant en escouade, mais que ceci se fera avec des gens que vous ne connaissez pas, puisque le jeu comblera la dite escouade avec les autres membres de votre équipe qui seront sur le point de respawn en même temps que vous.

 

Star Wars Battlefront II avait tout pour réussir et devenir un grand jeu. Un mode solo au scénario impliqué bien que pas foufou non plus, des modes de jeux qui ont été améliorés. Des graphismes qui en mettent plein les yeux a chaque instant, une bande son maîtrisée bref, du très bon. Mais tout ceci est gâché par un système de progression hasardeux, cher et long, laissant vraiment le sentiment d'avoir à faire à un gros pay-to-win de luxe, plutôt qu'un vrai jeu AAA comme il est de plus en plus difficile d'en trouver.

 

On aime
  • Le mode solo
  • Les graphismes
  • La bande son
  • Les points entre les épisodes
  • Les séquences space shooter
On aime pas
  • La progression asardeuse
  • Les lootbox
  • Le coté pay-to-win
  • Quelques bugs mineures
  • payer payer et encore payer....

 

Note finale : 14/20

 

 

Informations supplémentaires

  • Plus d'articles:
    All Items
    Test jeux vidéo
    Actu jeux vidéo
    Vidéos jeux vidéo
    Show More LOADING... NO MORE ITEMS
Lu 1101 fois

Commentaires (0)

There are no comments posted here yet

Ajouter vos commentaires

Posting comment as a guest. Sign up or login to your account.
Pièces jointes (0 / 3)
Share Your Location

Ce site utilise des cookies pour assurer l'authentification des internautes, mais également pour réaliser des statistiques de visites et proposer (peut être si un jour l'envie m'en prend) des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts