mardi, 23 janvier 2018 15:19

Test de Dragon Ball FighterZ

Écrit par
Évaluer cet élément
(7 Votes)

S'il y a un jeu qui a su susciter la hype auprès des gamers depuis son annonce, c'est bien Dragon Ball FighterZ. Et on comprend pourquoi. Le jeu retranscrit à merveille l'action de l'anime phare de Toriyama sensei. Mais est-ce suffisant ? C'est ce que nous allons voir dans les lignes qui suivent.

 Test Dragon Ball Fighterz 1

Informations :  
Editeur(s) / Développeur(s) : Bandai Namco Entertainment | Arc System Works
Sortie France : 26 janvier 2018
Genre(s) : Combat
Mode(s) : Jouable en solo | Jouable en multi

 

On a eu droit à peu près à tout, en ce qui concerne les modes solo des jeux Dragon Ball. Que ce soit de l'adaptation fidèle de la trame principale, à la scénarisation complètement burlesque, l'univers de Dragon Ball nous a été servi à toutes les sauces. Ici, nous aurons droit à un mix entre la trame principale, fidèle, mélangée à des situations totalement inédites, qui ne sont pas sans rappeler quand même un certain Xenoverse. Certains crieront au scandale, quand d'autres penseront qu'il s'agit là d'une histoire digne d'un OAV. Quoi qu'il en soit, nos héros sont confrontés à une nouvelle menace, venue du passé. Ou presque, puisque votre ennemi principal ne sera autre que le cyborg 21, qu'on a pu découvrir il y a peu dans sa version Magin également. Sans trop en révéler, on dira simplement qu'ici, nous devrons affronter une horde de clones de méchants déjà tués et bizarrement ressuscités pour l'occasion. Chronologiquement, cet épisode se passe pendant l'arc Battle Of Gods, et vous aurez à affronter des méchants bien connus, comme Cell, ou encore Buu, mais aussi des clones de la Team Z, contrôlés par un pouvoir mystérieux et maléfique.

Test Dragon Ball Fighterz 37

 

Bref, vous l'avez compris, le scénario ici, ne casse finalement pas des briques et se laissera suivre, non pas pour son suspense, mais plus pour les affrontements qui s'en dégageront et les quelques pointes d'humour placées ici ou là. Même si on sait que Akira Toriyama lui-même a supervisé de ce côté là, ça ne fait pas tout. Le mode « histoire » donc, se propose à nous sous l'apparence d'un plateau d'un jeu de l'oie, un peu à la manière de Dragon Ball Budokai 2, sur lequel vous devrez vous déplacer pour aller fracasser l'ennemi principal, en sachant que le nombre de déplacements est limité. Il est bon de savoir que ce mode là peut être joué trois fois avec des points de vue différents. Un premier pour les héros, un second pour les méchants, et le dernier point de vue sera axé sur les cyborgs. Quoi qu'il en soit, ce mode se présentera un peu comme une sorte de mode survie. Entendez par là, que si vous perdez un combat, vous retournerez à la case départ, ou encore de voir des membres de votre équipe remplacés par d'autres, alors que le fait de les remporter, vous fera gagner un peu de vie, d'argent, ou encore de l'expérience. Certaines cases vous feront aussi gagner de nouveaux persos à recruter. On notera sur ce mode là, une difficulté plutôt basse, ce qui en résultera, vous l'aurez compris, d'une avancée plutôt rapide et donc, ne vous occupera pas plus de quelques heures. En contrepartie, on retrouvera aussi un mode arcade, se présentant sous forme d’escalier, et nous proposant une difficulté plus appréciable.

 

Test Dragon Ball Fighterz 38
Test Dragon Ball Fighterz 48
Test Dragon Ball Fighterz 55

 

Les combats s'enchaînent à une vitesse folle, si bien que parfois on aura du mal à suivre l'action. Imaginez, vous êtes avec Goku, vous réalisez un dash sur votre adversaire, lui assénez quelques coups de poings, avant de l'envoyer dans les airs, le poursuivre, lui replacer quelques coups encore, avant de le finir avec un Kamehameha de derrière les fagots. Le tout en quelques secondes seulement. Cette rapidité d’exécution se fait grâce à une prise en main simple et rapide. Mais on est quand même en droit de pester sur le manque de contenu en ce qui concerne la diversité des techniques de chaque héros. En effet, si chacun des 24 personnages possède sont propre panel de coups spéciaux avec un timing qui lui est propre, on regrettera quand même le fait que tout le monde se contrôle exactement de la même façon. De ce fait, tout les protagonistes ne sont finalement qu'une copie l'un de l'autre. Ce qui est vraiment regrettable quand on sait que Dragon Ball Fighterz est à la base pensé pour l'E-Sport. Donc si vous attendiez un jeu qui se manie comme un bon vieux Super Butoden, ce n'est pas ici que vous trouverez votre bonheur. Il en reste un jeu de combat bien pensé pour son ergonomie tout en proposant un fan service, non pas sur le contenu, mais plutôt vers la qualité. Peut-être suis-je de la vieille école, mais moi, les Météors Smash qu'il faillait réaliser au bon moment avec la bonne combinaison, ça me manque.

 

Mais attention, Dragon Ball Fighterz n'est pas dénué de technique pour autant. En effet, le fait d'avoir trois personnages dans votre équipe aura de quoi donner bien du fil à retordre. Le fait de pouvoir switcher entre les protagonistes qui composent votre équipe a une importance capitale. Imaginez que dès le début vous êtes en mauvaise posture car votre adversaire vous a salement poutré. Votre barre de vie se retrouve alors bien basse, mais est divisée en trois parties. La première est vide, et représente la partie réelle de votre santé. La dernière partie est orange et représente la vie réelle qu'il vous reste.

Seulement entre deux, il y a une partie bleu. Cette partie représente la vie que votre personnage peut potentiellement récupérer s'il se repose. D'où l'importance de switcher de l'un à l'autre en plein combat. De plus lors du switch, le remplaçant exécutera un dash sur l'ennemi, ce qui peut ouvrir une nouvelle phase de combos. Mais ça ne s'arrête pas là car, quand vos amis sont en mode repos, vous pouvez les appeler en renfort afin de venir donner un petit coup de main. Par exemple Krillin peut vous donner un Senzu pour remonter un poil votre barre de vie, alors que Goku lancera un Kamehameha. Ce genre de petite chose peut donner un avantage, et parfois même retourner l'issue d'un combat.

 

 Test Dragon Ball Fighterz 43

 

Alors certes, les personnages se contrôlent tous de la même façon, mais c'est aussi un parti pris pour une accessibilité plus simple pour les joueurs qui ne connaissent pas trop les jeux de baston, ou qui souhaitent juste se faire quelques parties rapides. Il en reste pas moins que chaque héros a ses propres coups, sa propre allonge, son propre timing. Et s'il est possible de spammer la touche d'attaque rapide pour sortir un auto-combo, les plus téméraires trouveront sans aucun doute des possibilités bien plus poussées afin de pouvoir créer des combos plus longs et plus destructeurs. Tout ceci se fera à grand renfort de Dragon Rush, de téléportation et de remplacement, tout en prenant en compte que ce genre d'action consomme du KI. KI qu'il vous sera possible de recharger en pressant simultanément deux touches, mais c'est à vos risques et périls, car dans cette situation vous serez sans défense et à la merci de votre adversaire. Dragon Ball oblige, vous aurez dans votre panel de coups, des attaques spéciales ou ultimes, comme le Kamehameha, ou le Final Flash pouvant engendrer de gros dégâts, tout en étant facile à sortir, puisque vous n'aurez qu'à faire un quart de cercle avant ou arrière tout en pressant les touches correspondantes.

 

Test Dragon Ball Fighterz 31
Test Dragon Ball Fighterz 34
Test Dragon Ball Fighterz 32

 

Il faut noter que suivant les touches pressées, vous pourrez augmenter les effets de vos attaques. En suivant le principe simple que chaque touche de base correspond à une attaque de type, light, medium ou encore heavy, avec en sus, une touche pour les attaques spéciales de type Kikoha. Par exemple, un Gohan ado pourra fondre sur son ennemi avec un gros coup de pied, le tripler, voir dans sa version heavy, jouer de la téléportation pour assener plus de coups encore. Bien sûr cette version heavy ira consommer de votre KI. De plus quand vous réalisez une vague déferlante, en pressant la touche associée à un de vos camarades, celui-ci prendra part à l'attaque en y ajoutant sa propre attaque spéciale, qui peut aussi être enchaînée avec le troisième et dernier combattant de votre team, si vous avez assez de KI. 

Finalement, dans son gameplay, Dragon Ball Fighterz se compose d'une part simple et rapide, mais révélera vraiment tout son potentiel après avoir passé quelque temps en entraînement (qui d'ailleurs se montre assez complet, et vous propose même de réaliser quelques défis, parfois punitifs) pour maîtriser vos héros en bonne et due forme. On ne peux que reconnaître le travail apporté par Ark System Works sur ce soft, plus technique qu'il n'en a l'air. Mais dans l'ensemble, le jeu vous demandera de trouver de quoi forcer la garde de votre adversaire, en bourinant ou en utilisant le brise-garde (qui fait aussi office de projection), plutôt que d'attendre de trouver la faille. Pour finir, on parlera de l'apparition du Dragon Sacré pendant les combats, pouvant réaliser un vœu de votre choix, parmi les 4 proposés. Chaque combos réalisé avec la touche d'attaque light permet de récupérer une Dragon Ball. Une fois les 7 boules réunies, le combo suivant fera venir Shenron, à qui vous pourrez demander de vous rendre immortel, ressusciter un allié tombé au combat, refaire le plein de la jauge de vie, ou encore de mettre votre KI au maximum.

 

 

Il y a bien une chose qu'on ne peut enlever à Dragon Ball Fighterz, c'est sa patte artistique. Il est vrai que la 2D y joue beaucoup, et c'est tant mieux pour nous. On a vraiment l'impression d'être plongé non pas, dans l'univers DBZ, mais dans DBZ lui même. Chaque personnage a fait preuve d'une attention toute particulière, au niveau de l'animation elle-même, avec des mouvements fidèles à la série, et ce, jusqu'au bout des doigts. Même les mimiques propres à chaque perso sont présentes. Le tout s'accompagne d'effets visuels en tous genres pour renforcer l'action. On appréciera le fait que les personnages auront des dégâts apparents en temps réel, sans pour autant partir dans le grossier ou la démesure. Les décors ne sont pas en reste. Que vous soyez sur Namek, sur le stade du championnat du monde, ou encore dans les plaines, vous aurez toujours de quoi jeter un coup d’œil sur les arènes qui sont fidèles à la série. Enfin... si l'équipe adverse vous en laisse le temps. On aimera également les transitions qui se produisent en envoyant votre opposant valser au loin quand vous êtes en bordure de terrain, pouvant parfois vous faire changer de lieux, un peu à la manière d'un Dragon Ball Hyper Dimension. Pour chipoter, on aurait aimé quelques rotations de caméra en plus afin de maximiser encore un peu plus l'action.

 

Mais ça ne s'arrête pas là, car si la dynamique des combats est respectée, on retrouvera aussi tout plein de clins d’œil à la série de Dragon Ball. En fonction des personnages choisis dans votre équipe, de vos adversaires, du lieu d'affrontement. Ces choix peuvent faire apparaître des scènes tirées du manga lui-même, et retranscrite avec une perfection frappante. (Re)Voir Goku se transformer pour la première fois en Super Saiyan devant Freezer, ou encore Gohan laisser exploser sa colère devant Cell, a ce petit quelque chose qui met direct dans l'ambiance. Il en va de même pour les Dramatic Finish, qui, eux aussi se déclencheront en fonction de circonstances bien précises. Mais regarder Trunks laminer Freezer à coups d'épée avant de le faire disparaître dans une boule de feu est juste jouissif, et ce, même si on commence à en avoir l'habitude. Tout comme il est toujours appréciable de sortir une attaque suffisamment forte pour que le décor soit détruit, ou que l'attaque se voit depuis l'espace. Chose qui est d'autant plus appréciable face à un adversaire retors qui nous aura donné bien du mal pour le vaincre.

Test Dragon Ball Fighterz 29

 

La bande son est plutôt bonne dans l'ensemble, et on aimera les voix jap originales à la série. Ce qui est un gros plus. Les musiques quant à elles, diviseront les avis. Dragon Ball FighterZ nous est servi avec une playlist électrique, hard rock, laissant entrevoir dès les premières secondes sur le menu du jeu, la nature nerveuse du titre. Il est clair que les joueurs ne viendrons pas sur ce DBFZ pour enfiler des perles, et on vous prévient dès le départ. D'ailleurs, il est bon de noter que si les musiques peuvent être un tantinet agaçante dans les menus, le volume est automatiquement réduit pendant les combats afin de mettre en avant l'action des protagonistes eux-mêmes. Que ce soit pour leurs mouvements, les cris de guerre ou encore quelques paroles tirées de l'anime ici et là. Dragon Ball FighterZ offre un fan service à double tranchant. D'un coté, nous avons un visuel comme il n'a jamais été permis de le voir dans un jeu DBZ, proposant même des personnages qui n'ont pas forcément la cote auprès du public, mais qui sont mis sur un pied d'égalité face à des protagonistes bien plus forts. Et de l'autre, on a un manque assez crucial, sur lequel beaucoup ont été habitués, le nombre de personnages disponibles. Si au total vous aurez droit à 24 persos, dont 21 sont jouables dès le départ (suivant les modes de jeu), certains pesteront sur le fait (à tort ou à raison) que leur chouchou ne fasse pas partie du roster.

 

Test Dragon Ball Fighterz 42
Test Dragon Ball Fighterz 24
Test Dragon Ball Fighterz 9

 

Bien sûr, certains héros viendront s'ajouter dans les mois qui viennent avec des DLC, mais dans l'état, oui, le contenu est un peu faiblard, et risque d'en fâcher quelques-uns. En attendant, qu'on le veuille ou non, qu'on soit d'accord ou pas avec ce parti pris sur le contenu général du titre, son accessibilité rapide pour les néophytes et donc, le contrôle des persos, il est clair que Dragon ball Fighterz se présente à nous comme l'un des meilleurs titres DBZ à ce jour. Peut-être même le meilleur, mais ça, c'est à chacun d'y donner son avis. Et si ce n'est le cas, nous avons quand même sous la main, un très bon jeu de combat qui aura de quoi amuser bon nombre de gamers, qu'ils soient expérimentés ou non, et à la réalisation simplement sublime.

 

On aime
  • La prise en main rapide...
  • … qui peut être poussée par les experts
  • Les graphismes sont juste Wouaw
  • Le dynamisme des combats
  • Les clins d'oeil à la série originale
On aime pas
  • Le manque de contenu pour le mode histoire
  • Un scénario pas vraiment génial
  • Persos emblématiques manquant
  • Pas de musiques originales tirées de l'anime...
  • … mais prévues en DLC...

 

En attendant une vidéo sur le mode online, voici un petit apperçu avec une vidéo de la bêta

 

 

Note finale : 17/20

 

 

Informations supplémentaires

  • Plus d'articles:
    All Items
    Test jeux vidéo
    Actu jeux vidéo
    Vidéos jeux vidéo
    Show More LOADING... NO MORE ITEMS
Lu 1866 fois Dernière modification le mardi, 13 février 2018 14:24

Commentaires (0)

There are no comments posted here yet

Ajouter vos commentaires

Posting comment as a guest. Sign up or login to your account.
Pièces jointes (0 / 3)
Share Your Location

Nos partenaires youtubeurs :

Contactez nous pour devenir partenaire

agentkaiser23 profile image e1ae4065b322ca31 300x300

actugame.net est un site totalement indépendant.

© Copyright 2015 - 2017 actugame.net. Tous droits réservés. Toute copie complète ou partielle est formellement interdite.

Contact | L'équipe | Informations légales | C.G.U


 

Annuaire.pro Jeux video | Sur Noogle.fr

Ce site utilise des cookies pour assurer l'authentification des internautes, mais également pour réaliser des statistiques de visites et proposer (peut être si un jour l'envie m'en prend) des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts