vendredi, 26 janvier 2018 14:08

Test de The Inpatient sur PSVR

Écrit par
Évaluer cet élément
(2 Votes)

Annoncé pendant le salon de l'E3 2017, The Inpatient a marqué les esprits des joueurs en réalité virtuelle sur la console de Sony. Et c'est avec une certaine impatience que ce titre était attendu. D'une part, parce qu'il est une exclusivité Playstation, d'autre part, parce qu'il est tiré d'un univers bien connu des joueurs : Until Dawn. Voyons si l'attente est méritée.

 the inpatient

Informations :  
Editeur(s) / Développeur(s) : Sony Interactive Entertainment | Supermassive Games
Sortie France : 24 janvier 2018
Genre(s) : Préquelle
Mode(s) : Jouable en solo

 

The Inpatient commence d'une façon peu attendue. Nous sommes attaché sur un fauteuil roulant, avec un vieux barbu devant nous qui nous pose quelques questions auxquelles il va nous falloir répondre. Sur ce premier départ, les impressions sont très bonnes. Car il est clair que présenté comme ça, de but en blanc, chaque réponse est rendue avec une certaine suspicion. Après tout, on ne sait rien de rien. Apparemment, quelque chose nous relie à cet homme devant nous, mais quoi ? Pourquoi ? Comment ? On n'en sait rien. Et donc les réponses que l'on donnera seront, non pas en connaissance de cause comme dans d'autres jeux proposant ce système, mais plutôt en fonction de notre ressenti intérieur et du caractère qui nous est propre. Si bien que dès les premières minutes, il est légitime de se dire que si le jeu est comme ça tout le long, ça promet.

Test the inpatient 18

 

Seulement voilà, on déchantera finalement très vite. L'histoire nous est servie avec une lenteur déconcertante, bien que The Inpatient se compose de deux parties bien distinctes dans son déroulement. Une première qui se pose sur les ressentis intérieurs, alors que la deuxième sera plus portée sur l'exploration basique et le scénario à proprement parlé. Le jeu proposant une aventure assez courte, on ne peut évidement pas parler du scénario sans prendre le risque de spoiler une bonne partie du jeu. De ce fait, pour ce test je me concentrerai plus sur le reste. À commencer par le gameplay général. L'idée de base est plutôt bonne. Si on a vu dans le test de Stifled que le micro était mis à disposition pour pouvoir interagir avec notre environnement; dans The inpatient, le micro va servir à tenir une conversation avec les intervenants. Alors sur le papier, ça peut paraître génial. Mais dans la pratique, on perd toute notion de réalisme. D'une part les réponses que nous donneront sont vraiment limitées. On pourrait ne pas trop en tenir compte, vu qu'à l'instarde Until Dawn, nos choix auront des conséquences. C'est d'ailleurs cet effet papillon qui est mis en avant dans tout le jeu. Sauf qu'ici, l'effet aura plus de répercutions sur la vie des gens plutôt que sur le déroulement de l'histoire elle même.

 

Test the inpatient 12
Test the inpatient 15
Test the inpatient 23

 

Mais le réel problème sur ce système de réponses vocales est que le jeu a du mal à suivre la cadence. Du coup, entre le moment où votre interlocuteur vous laisse la parole, et celui où les choix de réponses apparaissent, il se passe un laps de temps trop long. Certes, ça n'a pas de réelle répercution dans un jeu proposant ce système de choix de manière basique. Mais là, intégré à une conversation vocale comme on nous le propose, on se sent vraiment limité. Idem quand on donne la réponse. Le moment de la validation, puis le retour de votre interlocuteur fera l'objet d'un écoulement du temps rajoutant une impression de parler dans le vide. On finira donc par éliminer cette option et se contenter du système basique avec le choix par pression d'une touche. Bien dommage. Notez que jouer en mode vocal demandera aussi d'être sûr de na pas avoir une ribambelle de gosses qui jouent à côté de vous. Sans quoi, le jeu ne comprendra pas votre réponse et ne la validera pas, et optera automatiquement par une troisième réponse, le silence (quand le soft le permet, mais peut être pas à tous les choix).

 

Quoi qu'il en soit, le scénario n'est vraiment pas à la hauteur de nos espérances, et ne parviendra pas à nous tenir en haleine. L'ennuie nous guette et nous attrape très vite, et rien ne fait en sorte de nous sortir de cette lancinance. Pas même la seconde partie du jeu, qui nous verra déambuler dans les couloirs du sanatorium. Vous ne ferez que suivre des avatars à la modélisation inégale et à l'animation rudimentaire. Le tout dans une succession de couloirs linéaires au possible et plongés dans le noir presque absolu. Probablement pour cacher un level design tout aussi basique que le reste, et une impression de déjà vu constant. L’immersion est une chose importante en VR, et de ce point de vue, The Inpatient ne fait pas le boulot non plus.

Certes, il y a bien deux ou trois jumpscares en début d'aventure, mais ce sera là le maximum auquel vous aurez droit. Le reste du temps, il ne se passe quasiment rien. Vos actions sont limitées à quelques poignées de porte à ouvrir, ou encore deux ou trois objets à retourner qui déclencheront un souvenir. Vous pourrez également bouger votre manette pour envoyer le faisceau de lumière de votre lampe torche dans la direction voulue, mais là encore, on rencontre un souci majeur de tracking, qui fera que bien souvent votre torche partira dans un sens ou dans l'autre, vous obligeant à jouer en tenant la manette de travers.

 

 Test the inpatient 20

 

J'ai pas fini, car si j'ai parlé de l'animation rudimentaire des personnages, celle de l'avatar que nous contrôlons n'est pas mieux. En se déplaçant vers l'avant, on peut voir nos pieds bouger. Par contre, faire un pas de coté, ou reculer, et ce sera trop demander pour avoir une animation. Oui vous avez compris, vos pieds resteront fixes vous donnant l'impression de glisser sur le sol. De plus, la marche arrière ne se fera que par à-coups. Impossible de reculer de plus d'un pas à la fois. Idem pour les déplacements latéraux. Approchez vous trop près d'un coin de porte ou autre angle de couloir, et votre vision deviendra noire, vous forçant à reculer si vous voulez voir ce qu'il se passe. Ajoutez à cela une maniabilité peut être plus horrifique que le jeu lui-même, et vous comprendrez que déambuler dans les couloirs du sanatorium devient un véritable calvaire. Il serait pourtant bien plus intéressant d'avoir plus d'options de déplacements, mais non. Ici vous ne pourrez que choisir l'angle de rotation.

 

Test the inpatient 2
Test the inpatient 3
Test the inpatient 5

 

Heureusement, il est possible de faire un demi tour de 180° en poussant le stick droit vers le bas. Mais soyez rassurés, à l'instar du reste, cette action ne servira à rien, à part vous éviter de trop perdre du temps pour continuer à avancer (si vous n'avez pas déjà abandonné le jeu). Car comme il ne se passe rien, vous n'aurez pas envie de partir en courant pour échapper aux voix qui vous entourent. Oui, l'ambiance sonore joue son rôle, mais elle n'est clairement pas du même acabit qu'un Resident Evil 7. Pas de quoi vous mettre la pression, à part peut-être des aiguës un peut trop prononcées sur des portes en fer qui se ferment sur votre passage.

 

 

Bref, vous l'avez bien compris, The Inpatient avait de quoi donner aux joueurs du PSVR un nouveau jeu stressant. Mais finalement, il passe à côté de beaucoup trop de choses. Les choix n'influencent que très peu les 3h00 de jeu, l'histoire est écrite tellement vite que beaucoup de questions resteront sans réponse. Les fins ne sont pas si alternatives que ça, et la réalisation globale dans les choux. Si le premier personnage que vous rencontrerez laisse prometteur sur la qualité graphique du titre, vous déchanterez vite en croisant les autres qui ont tous des animations faciales plus statiques qu'autre chose. Pour 40 euros, on ne peut que vous conseiller de passer votre chemin. Le petit battement d'aile du papillon à bien déclenché une tornade.

 

On aime
  • Le premier personnage rencontré
  • Le principe de base...
On aime pas
  • ... mal desservi
  • La modélisation des autres personnages
  • Le scénario mal écrit
  • Les choix sans enjeu
  • L'inexistence générale
  • La lenteur du titre
  • L'ennui profond

 

Note finale : 6/20

 

 

Informations supplémentaires

  • Plus d'articles:
    All Items
    Test jeux vidéo
    Actu jeux vidéo
    Vidéos jeux vidéo
    Show More LOADING... NO MORE ITEMS
Lu 776 fois Dernière modification le vendredi, 26 janvier 2018 16:33

Commentaires (0)

There are no comments posted here yet

Ajouter vos commentaires

Posting comment as a guest. Sign up or login to your account.
Pièces jointes (0 / 3)
Share Your Location

Nos partenaires youtubeurs :

Contactez nous pour devenir partenaire

agentkaiser23 profile image e1ae4065b322ca31 300x300

actugame.net est un site totalement indépendant.

© Copyright 2015 - 2017 actugame.net. Tous droits réservés. Toute copie complète ou partielle est formellement interdite.

Contact | L'équipe | Informations légales | C.G.U


 

Annuaire.pro Jeux video | Sur Noogle.fr

Ce site utilise des cookies pour assurer l'authentification des internautes, mais également pour réaliser des statistiques de visites et proposer (peut être si un jour l'envie m'en prend) des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts