Test de Metro Exodus – l'épopée à travers une Russie dévastée

Écrit par / Tests / mardi, 19 février 2019 21:08

Depuis son annonce, Metro Exodus n'a cessé de faire parler de lui. Si on a eu l'occasion de s'y essayer au dernier salon de la Paris Games Week, on attendait fermement la version finale pour pouvoir se prononcer. Maintenant que nous l'avons en main, voici l'heure du verdict.

 test metro exodus 1

Informations :  
Editeur(s) / Développeur(s) : 4A Games | Deep Silver
Sortie France : 15 Février 2019
Genre(s) : FPS
Mode(s) : Jouable en solo

 

Vous incarnerez Artyom. Un spartiate défendant la veuve et l'orphelin dans le métro de Moscou, emplis de rêves quand à des survivants de la grande guerre nucléaire sur le sol Russe. Si vous êtes le seul à penser qu'il vous est maintenant possible de sortir du métro pour enfin aller respirer l'air frais, vous passerez pour un doux dingue auprès de ceux qui vous entourent. Du moins pour quelques minutes seulement, car vous apprendrez bien vite qu'effectivement, le métro n'est pas le seul endroit viable désormais. Qu'on vous ment depuis des années déjà, et qu'il vous faut partir à la recherche d'un meilleur endroit où vivre. Pour des raisons de spoil, je ne peux pas vous en dire davantage, ni les tenants et aboutissants réels de votre périple à venir.

test metro exodus 2

 

Sachez tout de même, que le scénario, toujours inspiré des livres de l'écrivain Dmitry Glukhovsky, se laisse consommer sans embûche, pour une bonne quinzaine d'heures. Le tout dans un univers parfaitement maîtrisé, dans lequel vous en apprendrez plus sur le fond en fouillant dans les moindres recoins afin de récolter quelques notes griffonnées par des survivants et laissées ici et là. Si la campagne en elle même est relativement bien rythmée, elle ne cache pas non plus quelques missions secondaires qui vous seront données à quelques occasions, au travers de certains dialogues avec les PNJ. Et dans ce monde semi ouvert, vous aurez une certaine liberté d'action, quand au fait d'arpenter les terres désolées d'une Russie tombée en lambeaux suite aux attaques nucléaires.

 

test metro exodus 3
test metro exodus 4
test metro exodus 5

 

Et à cause de ces bombardements justement, vous ne serez jamais réellement tranquille. Votre masque à gaz fera parti de vos meilleurs amis si vous traversez une zone encore soumise aux radiations. Radiations qui ont eu aussi un effet plutôt néfaste sur la faune environnante. La rendant particulièrement agressive, et ayant opérée sur elle des altérations génétiques, vous croiserez des monstres, dont le bestiaire est, il faut quand même l'avouer, plutôt léger. Vous y trouverez entres autres des araignées géantes, des crevettes géantes, des espèces de chauves souris... géantes aussi, ou encore un ersatz d’humanoïde appelé ici humanimal et ressemblant quand même à des zombies. Bien sûr, pour faire face à tout ça, vous aurez tout un arsenal sous la main.

 

Du fusil d’assaut, du fusil à pompe, du fusil de précision par exemple, auront autant d'importance que les grenades et autres cocktails Molotov, que vous pourrez transporter en quantité limité. Sauf si bien sûr, vous passez par l'un des nombreux établis mis à votre disposition dans des camps disséminés un peu partout sur les maps visitées. Les établis, vous permettrons par exemple d'améliorer votre équipement, de crafter des munitions de base pour vos armes, mais aussi de réparer votre masque à gaz, ou encore de nettoyer vos armes afin d'éviter quelles ne s’enraillent dans les moments les plus délicats. Car en plus du bestiaire en partie sus cité, vous rencontrerez aussi pas mal de personne qui ont légèrement coulé une bielle et qui ont décidé de vous occire pour diverses raisons.

Vous serez donc souvent confronté à des ennemis humains, qu'il vous faudra occire avec une diplomatie plus nerveuse que la parole. Et heureusement d'ailleurs, puisque votre personnage ne parle pas, mais on y reviendra un peu plus tard. Si la manière forte est aussi efficace que dangereuse, vous pourrez aussi opter pour une méthode plus souple qui est l'infiltration. Si cette option peut paraître élégante sur le papier, dans les faits, elle se retrouve assez chiante. La cause à une IA plutôt douteuse. Vos ennemis ont la vision d'un taupe, ce qui rend les effets de surprise très facile à appréhender. Même en pleine lumière devant eux, si ils ont décidé de ne pas vous voir, vous pourrez jouer du tambour qu'ils feinteront de ne pas s'en rendre compte.

 

 test metro exodus 6

 

Pour les séquences plus nerveuses, même si elles sont plutôt bien rythmées tout au long de l'aventure, vous ne manquerez pas de pester (sur console du moins) à une prise en main assez délicate. Il n'est pas rare d'avoir des soucis de déplacements, de se retrouver bloquer sur des murs invisibles, d'avoir une sensibilité au stick assez difficile à trouver. Vous aurez aussi droit à une visée pas toujours évidente, la faute à une course des joysticks mal dosée, quand ce n'est pas un léger décalage entre la manœuvre et le mouvement. Le tout accompagné d'un mappage des touches qui parfois apporte un peu de confusion. Bref, vous l'avez compris, Metro Exodus ne propose pas de sans faute malgré une qualité indéniable.

 

test metro exodus 9
test metro exodus 10
test metro exodus 11

 

Car il faut reconnaître une chose, c'est que Metro Exodus propose de quoi exploser la rétine à chaque centimètre carré. Que ce soit sur la map hivernale et ses lacs gelés, ou encore le désert de l'été, sans oublier la fameuse séquence dédiée à l'automne. Cette dernière est sans doute la plus jolie de tout le jeu, mais est aussi malheureusement la plus courte. Quoi qu'il en soit, il est clair que de ce point de vu, le studio 4A Games nous sert ici un titre soigné aux petits oignons. Chaque recoin, chaque parcelle à fait preuve d'une attention toute particulière. Que ce soit pour du mobilier plus ou moins en bon état, ou les murs en ruine d'une bâtisse positionnée en bout de map, le jeu regorge de détails, renforçant un peu plus l’immersion.

 

 

Immersion qui est aussi poussée dans l'Aurora, votre train personnel qui vous fera voyager à travers toute la Russie, et qui vous donnera l'occasion également de discuter avec quelques camarades entre deux arrêts. Si ces moments peuvent paraître barbants dans un premier temps, on se retrouve finalement à jouer le jeu en s'y consacrant un minimum afin d'en apprendre toujours un peu plus sur l'univers qui nous entoure. Car les dialogues ne manquent pas. Du soldat vétéran qui raconte ses histoires de guerre, à la petite fille qui à été sauvée quelques heures plus tôt, sans oublier les nombreux monologues d'Anna, votre femme.

test metro exodus 12

 

Et c'est là que le bas blesse. Les dialogues en français sonnent faux. Déjà à cause du fait que votre personnage est muet (pour coller encore un peu à l'identité des épisodes précédents), Anna passera sont temps à partir dans des monologues, qui ressemblent plus à un texte récité qu'un vrai jeu d'acteur comme on les aime. Ajoutez à cela le fait que les faciès des différents intervenants sont plutôt figés et inexpressifs, tout ceci nous enlève l'immersion jusqu'ici gagnée. Ça sonne faux, ça ne donne pas envie, et on préférera changer la langue audio pour se contenter de sous titres donnant un peu de profondeur. Metro Exodus nous propose quand même une immersion auditive plutôt bonne, mais pas sans défauts non plus.

 

test metro exodus 13
test metro exodus 14
test metro exodus 15

 

La spatialisation ici est bizarrement construite. Le niveau des voix des protagonistes qui nous accompagne est souvent inégal, les bruits des pas des ennemis peut être aussi bien fort que faible, sans tenir compte de la distance. Il en va de même pour les monstres, où je me suis retrouvé à entendre quelque chose sur la droite, alors que le monstre se trouvait sur ma gauche. Effet bizarre garanti, mais coûtant des points à ce titre ambitieux. On peut également noter le bruit de nos pas, qui n'est pas régulier, donnant l'impression parfois de faire des pas de géant, ou au contraire des pas d'enfant. A coté de ça, l'ambiance en elle même sonne juste, que vous soyez dans des lieux ouverts ou des lieux confinés. Si la rythmique d'un type de lieu à l'autre est bien menée, on appréciera d'autant plus que 4A Games même s'il laisse tomber le Metro, à été capable de nous laisser un sentiment de claustrophobie.

 

Metro Exodus n'est donc pas exempt de défaut, et peut être on en attendait un peu plus de ce titre. Il est clair que, bien qu'il propose un univers maîtrisé, et une qualité graphique le propulsant sur les nouveaux standards à avoir, il pêche aussi sur une immersion plutôt ambiguë, à cause d'un son pas toujours bien optimisé, une IA faiblarde et une maniabilité à la manette pas toujours agréable. On lui pardonnera tout de même ses quelques défauts, tant le fait de visiter une Russie dévastée reste un plaisir scénaristique aux enjeux politique plus important qu'on ne le pensait.

 

On aime
  • L'ambiance générale
  • Les superbes lieux visités
  • Le rythme entre espaces ouverts et confinés
  • L'univers maîtrisé
  • L'identité Metro qui est sauvegardée
On aime pas
  • L'IA sans Q.I
  • Animation des visages
  • Difficulté assez basse
  • Quelques soucis sonores
  • Maniabilité à la manette pas top

 

 

Note finale : 16/20

 

 

Informations supplémentaires

Rédacteur

venusmemnoch

venusmemnoch

Commentaires (0)

There are no comments posted here yet

Ajouter vos commentaires

  1. Posting comment as a guest. Sign up or login to your account.
Pièces jointes (0 / 3)
Share Your Location

La Redif

Heure par heure

Commentaires

venusmemnoch posted a comment in Test de Tom Clancy's The Division 2
Merci beaucoup ...
Kawaiyou posted a comment in Test de Tom Clancy's The Division 2
exactement ce que je pense ce test ! Bravo...
J'ai confiance en From Software pour qu'ils fassent un jeu avec des boss aux mécaniques unique....
On verra ça le moment venu ...
Hâte de découvrir ce jeu également, mais j'ai peur qu'il soit vite lassant quand je regarde du ga...

Tipeee

Plus sur ce jeu

Please publish modules in offcanvas position.

Ce site utilise des cookies pour assurer l'authentification des internautes, mais également pour réaliser des statistiques de visites et proposer (peut être si un jour l'envie m'en prend) des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts